Contenu

Le contenu du diagnostic a été axé sur trois points : les raisons qui poussent à l’émigration clandestine, les conséquences et les solutions proposées…

Raisons de l’émigration clandestine

  1. La rupture de la confiance des jeunes aux autorités dirigeantes
  2. La mauvaise gestion des affaires publiques
  3. Le taux élevé de chômage des jeunes
  4. La mauvaise situation économique et politico-sociale du pays
  5. La désinformation due aux rumeurs folles sur les pays de destination
  6. Les préjugés socioculturels qui font la loi dans les milieux juvéniles
  7. Le déficit de communication

Conséquences de l’émigration clandestine

Les candidats à l’émigration clandestine s’exposent à toutes sortes de danger dans leur tentative d’aller à l’aventure.

Il y a des conséquences pour la société, les familles d’origine, pour les zones de départ et pour les candidats au « suicide ».

Si les jeunes partent à des destinations inconnues, pensant que c’est la seule issue de sortie, il n’en demeure pas moins qu’ils laissent derrière un vide à dimensions inestimables. Pourtant la Nature a horreur du vide. Plus les jeunes émigrent moins il y a de bras valides pour assurer le développement économique et socioculturel de la commune.

Les familles se vident de ce qu’elles ont toujours eu de plus précieux. Les jeunes filles se marient de moins en moins par manque de prétendants. Ceci conduit à une dislocation des familles.
Les conséquences sur les candidats à l’émigration sont plus directes et plus catastrophiques. Les embarcations de fortune que les aventuriers empruntent se brisent en pleine mer de façon quasi quotidienne. Faisant des centaines voire des milliers de morts noyés au fond des océans. En 2015, près de 400 candidats à l’émigration ont perdu la vie dans leur tentative de « partir à tout prix ».

  1. Solutions proposées

Pour amener les jeunes de la Commune VI du District de Bamako à arrêter de tenter l’émigration clandestine vers l’Europe, ACMED propose les solutions suivantes :

  • L’instauration d’un climat de confiance entre les autorités et les jeunes,
  • L’organisation de campagnes de sensibilisation, d’information et de formation auprès des jeunes,
  • La transparence dans la gestion des affaires publiques de la commune,
  • La lutte contre le chômage des jeunes de la commune en faisant créer des emplois,
  • La lutte contre les préjugés socioculturels qui poussent à l’émigration
  • L’organisation de campagnes d’information, de sensibilisation et de formation sur les réalités de la vie dans les pays de rêve
  • La renaissance de l’espoir que les jeunes sont en passe de perdre…

Au nombre des recommandations faites à l’issue du présent atelier, on retient la réalisation, prochainement de 200 projets femmes et 100 projets jeunes avec un coût estimé à près de 400 millions de nos francs. Le jeu en vaut vraiment la chandelle lorsqu’il s’agit de lutter contre l’émigration clandestine en Commune VI du District de Bamako