Rapport 2014

ACMED vient de souffler sa troisième bougie. Trois ans, dans la vie d’un homme, ça n’est rien. Trois ans, dans la vie d’une association, c’est acceptable. C’est pour cela que notre association continue ses campagnes de sensibilisation et de prise de contact pour se faire connaitre, à Bamako et à l’intérieur du pays. Car, nous supposons que « créer un mouvement est une chose, la mettre à la disposition du PEUPLE en est une autre.
Le contexte national reste marqué par des crises sécuritaires, économiques aggravés par les impacts négatifs du dérèglement climatique. ACMED se veut d’essayer, autant que faire se peut, de faire changer la tendance.
La crise socio politique et sécuritaire de 2012 a eu à plonger le pays dans une situation économique sociale très profonde. La sortie de crise a été un espoir continu des acteurs au développement. Les acteurs de la société civile malienne dont ACMED ont été très préoccupés par ces crises qui ont entravé le cours de leurs programmes en faveur des couches vulnérables du pays.
Ainsi, après la mise en place d’antennes de notre association dans les six communes du District de Bamako, nous avons eu à envoyer des délégations à Koulikoro, Ségou, Sikasso et Kayes.
Les maigres moyens dont nous disposions, en 2014, ont fait que nous n’avons pu envoyer que deux personnes dans chacune de ces localités. Ce qui fait, au total 08 personnes qui ont eu besoin de 3 jours, chacune, pour accomplir sa mission.
Ainsi, dans chaque chef-lieu de région, nous avons pu procéder à l’implantation d’une antenne locale de notre association. Le téléphone avait été utilisé, avant le départ de nos envoyés, pour trouver un point focal dans chaque localité. Les membres de ces antennes à Koulikoro, Ségou, Sikasso et Kayes serviront de relais et de représentants, pour ACMED, afin de traduire en réalité le projet entamé de faire changer les mentalités pour tous processus de développement.
En amont, dans chacune des 6 communes du District de Bamako, et par suite de campagnes de sensibilisation, d’information, une assemblée générale qui aura réuni, au moins 70 personnes, un bureau provisoire de 35 membres a été mis en place.




Les textes qui régissent notre organisation stipulent que tant que ACMED ne cesse pas de mener ses activités, sa durée est illimitée… C’est pour cette raison, qu’on a laissé entendre, en son temps, que nous voulons aller loin, très loin. Or l’adage enseigne que «qui veut aller loin, ménage sa monture ».
Dans le contexte de l’année 2014 où notre pays venait de connaitre une crise des plus catastrophiques de son histoire, surtout dans le septentrion, il ne nous a pas été facile de mener à bien nos activités.
Tout de même, nous avons pu atteindre les objectifs assignés, à près de 50%. Ceci est à mettre à l’actif de toutes les personnes de bonne volonté, de près ou de loin, qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de nos différentes missions.
A Koulikoro, Ségou, Sikasso et Kayes, aussi bien que dans les 6 communes de Bamako, en dépit des difficultés et des nombreux obstacles auxquels nous avons été confrontés, quelques individus ont pu comprendre le message que nous avons voulu lancer.
Les remerciements de ACMED, à travers mon clavier, vont à l’endroit de toutes celles et de tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de ces projets…

Bamako, le 15 Janvier 2015

Le Président

Goudia KONATE